Biographie


MOUSTA LARGO BIO

GÉNÉRALE

MOUSTA LARGO BIO corrigée[2].docx



Mousta Largo : est un chanteur et musicien belge né à Schaerbeek (Bruxelles) en 1968. Né en Belgique et y étant établi, Mousta Largo est cependant originaire du grand sud marocain. Cette culture métissée héritée de ses sensibilités belges et marocaines le mènent à fonder en 1993 le groupe également métissé LARGO, composé de deux musiciens et lui-même.

Le trio de musique arabo-rock se produit sur de nombreuses scènes belges et internationales : les Francofolies (de Spa (Belgique), La Rochelle (France) et Montréal (Québec, Canada), la salle de Forest National à Bruxelles ou celle de l’Olympia de Paris (en première partie de Cheb Khaled), obtenant ainsi une projection internationale.

Cela leur donnera l'occasion de signer leur premier album “DOUNIA" chez Sony Belgique et BMG France en même temps.


Le groupe LARGO se dissout en 1997, année où Mousta Largo poursuit sa carrière musicale en solo. Accompagné par un guitariste flamenco, un violoniste arabe et un percussionniste entre autres, il chante et joue des instruments comme l’oud (luth arabe), le banjo ou le guembri. Il côtoie de nombreux artistes du panorama international avec lesquels il partage la scène dans des duos mémorables comme ceux qui lui ont permis de travailler aux côtés de Rachid Taha, Khaled, Bernard Lavilliers, Sapho, Geoffrey Oryema, Les Rita Mitsouko, Adamo, Patrick Bruel ou Mamady Keïta.


Plus tard son désir de familiariser les plus petits avec la musique orientale le pousse à monter trois spectacles « jeune public » dans lesquels il “revisite” les grands classiques du répertoire enfantin français sous un prisme arabo-andalou : "Ali Baba et les 40 conteurs", "Ali au Pays des Merveilles », "Laila à l'Ombre de la Médina", avec plus de 2000 représentations pour ces trois spectacles.


Mousta créera également deux spectacles spécifiques pour les jeunesses musicales de Belgique : "D’une Rive à l’Autre" et "Échec et Mat".


Après une longue période de tournée ininterrompue durant 25 ans, Mousta Largo a consacré six mois à l'écriture de deux nouveaux spectacles musicaux, l'un destiné au jeune public : "Sindibad et le Marchand de Sable" et l'autre, tout public, "Shéhérazade et le Rêve Inachevé" (date de début tournée septembre 2018 - descriptif en fin de texte).


Enfin, Mousta Largo tiendra par trois fois le rôle de conteur dans trois œuvres musicales avec l'Orchestre philarmonique royal de Liège ("Les Indes Galantes”, “Aladdin" et en fin 2018, “Shéhérazade")

La liste de ces concerts pour enfants est impressionnante (une moyenne de 150 dates par an).

Mousta Largo est également une personnalité de poids dans le panorama culturel belge et bruxellois, grâce à ses nombreux engagements et actions en vue de rapprocher les diverses communautés culturelles, ethniques ou religieuses formant le panorama social belge. Il participe à de nombreuses initiatives et débats citoyens dont le but est de promouvoir la tolérance et le respect de l’altérité et de l’autre. Une belle preuve de cet engagement de l’artiste est la fondation, en 1997, de l’association Al Andalous qui œuvre aux rencontres plurielles et à l’accès à la culture en milieu fragilisé par le biais d’ateliers artistiques de théâtre, de musique et de danse animés par des artistes professionnels.



Discographie :

  • 1995 Dounia, (Sony) avec le groupe Largo
  • 1998 : Mektoub, (Universal) premier album en solo
  • 2000 : Ali Baba et les 40 conteurs, (Viva Kids) album de contes pour enfants basé sur des comptines françaises traditionnelles accompagnées de musique orientale.
  • 2003 : Argana (Al andalous)
  • 2007 : Ali au Pays des Merveilles(Art-gana Production) deuxième volet de la série de contes pour enfants dont le protagoniste est toujours un certain Ali qui mène le public enfantin dans un voyage au pays des merveilles de Marrakech.
  • 2009 : D’une Rive à L’autre (Art-gana production) Livre Cd audio et photos
  • Voyage musicale de l’Inde à l’Andalousie
  • 2010 Ben Adam Cd Audio avec Rabbi Abraham Dahan
  • 2020 Shéhérazade et le rêve inachevé (Art gana production)



  • 2011 Nouveau spectacle jeune public : Laila à l'ombre de la médina
  • 2014 Nouveau spectacle tout public : Échec et Mat
  • 2019 Nouveau spectacle jeune public : Sindibad et le Marchand de Sable
  • 2019 Nouveau spectacle tout public : Shéhérazade et le Rêve Inachevé


AUTRES CONTRIBUTIONS À DES ALBUMS-COMPILATIONS :

- Dans la série PUTUMAYO monde :

  • Salsa Around the World, 2003 : Ana María
  • Reggae Playground, 2006 : Mon Petit Bonhomme
  • Arabia Acoustique 2008 Les larmes de Boabdil


- Autres collaborations :

  • Coproduction et direction artistique de l’album S’aider en Paix, compilation de chansons sur la thématique de la paix, initiative de l’association Maison des Cultures et de la Cohésion Sociale de Molenbeek-St-Jean (Bruxelles), 2003 : Un Espoir qui Renaît [chanson dédiée au retour de la paix].
  • Éveil aux Langues en Chansons, répertoire interculturel multilingue dont le but est d’amener les jeunes à se rapprocher de leurs camarades de cultures différentes par le biais de la musique, 2003 : 40 Sana (40 Ans) [chanson de même mélodie que la précédente mais qui cette fois parle, en arabe, de la vie d’un mineur marocain immigré en Belgique, pour commémorer les 40 ans de présence marocaine en Belgique].


Présence télévisée :


  • Œuvres en chantier, RTBF, 1999 : série documentaire sur la vie d’artistes belges. Dans cet épisode qui lui est consacré, Mousta Largo apparaît entre Grenade et Bruxelles pour parler de cette culture arabo-andalouse dont il se sent l’héritier.
  • Bleu Bazar, TV5, 2007: magazine culturel présenté depuis Marseille et composé de reportages, d’interventions d’invités et de débats en studio pour parler de la thématique méditerranéenne en ses aspects architecturaux, culturels, musicaux, historiques, économiques, dont l’objectif est le rapprochement des deux rives de la Méditerranée (le générique est de Mousta Largo, un extrait de Y a des Gens, album Argana).Programme visible sur le lien suivant: http://www.tv5.org/TV5Site/bleu-bazar/ (Sujet du mois: juifs et musulmans en Méditerranée)
  • + Nombreuses interventions dans des débats ou interviews télévisées ou radiophoniques.
  • Dernier projet : CD en collaboration avec le rabbin Abraham Dahan (orchestration orientale de psaumes hébraïques de paix et de fraternité).

 

La carrière solo de Mousta Largo vue par la critique

Mousta Largo, plus qu’un nom, c’est une invitation au voyage. Si on ne présente plus l’homme de cœur engagé dans la défense de multiples luttes sociales, les nouvelles voies musicales qu’il explore méritent toute l’attention du public. Depuis qu’il a entamé sa carrière en solo, l’artiste a décidé de nous offrir un répertoire plus acoustique, sans plus trop avoir recours à l’électronique, et où des mélodies tant maghrébines qu’indiennes s’associent à des paroles en arabe, en français, en espagnol ou en italien pour nous emmener en voyage dans un monde empli de sons et d’images. Et si Mousta nous ravit avec ses mélodies hispano-orientales si accrocheuses et entraînantes, il ne nous interpelle pas moins dans sa facette de chanteur-citoyen luttant inlassablement pour la cause du respect de l’autre et de ses différences.


THÉMATIQUE “CULTUREL”


 MEKTOUB

Mousta Largo nous livre en 1999 Mektoub (signé chez UNIVERSAL), son premier album solo, très prometteur, où l’artiste apparaît en duo avec Cheb Khaled. La musique de Mousta Largo est comme lui : joyeuse et chargée de sens, et d’une immense profondeur d’âme. Pour rendre hommage à ses racines, Mousta Largo mêle rythmes d’ici et d’ailleurs, entre une Andalousie arabe et ce qu’il a lui-même appelé le Marock’n roll. De thématique marocaine, grenadine, latino-américaine ou algérienne, l’album Mektoub emmène tout qui prend le temps de l’écouter voguer sur l’océan du souvenir, de la nostalgie, de l’amour et de l’espoir. Car à travers ses chansons, le chanteur-citoyen Mousta cherche à remuer les consciences et à rapprocher les différentes communautés, cultures et générations, en définitive, les gens.







ARGANA

Avec un titre qui évoque l’arganier, arbre fruitier du sud du Maroc, l’album Argana, comme d’autres exemples tirés de la « musique ethnique » contemporaine, est un disque de thématique tout aussi engagée qu’innovatrice. Il s’impose à nous comme une réflexion sur l’état du monde et un appel au retour des valeurs humanistes. Principalement arabo-andalou, l’album pénètre aussi la sphère du reggae et des mélodies afro-cubaines. Argana dévoile la personnalité multiculturelle de l’artiste dont l’univers musical plonge ses racines dans la culture méditerranéenne et dans la musique occidentale actuelle. Ces racines sont pour lui tout aussi vitales que celles de l’arganier, arbre dont l’artiste utilise l’huile pour assaisonner les plats concoctés lors de ses séjours marocains. Interrogé sur les raisons de ce titre, Mousta Largo affirme que même s’il a dû couper le cordon ombilical le reliant au pays de ses ancêtres, cela n’a jamais supposé de déni de ce passé ou de ces racines, car il les considère comme un véritable trésor plutôt qu’un obstacle à l’intégration. Il s’inspire de ses deux cultures -occidentale et orientale- et compose dans ses deux langues -le français et l’arabe- afin d’être compris par les deux communautés. Dans ce nouvel album il se souvient aussi de l’héritage d’illustres poètes de l’Al Andalous pour nous chanter des contes remémorant ces grands moments. Mais ce regard en arrière ne l’empêche pas d’analyser le présent : certaines chansons parlent du drame de l’immigration clandestine, de la drogue ou des conflits géopolitiques. Chantre du respect de l’autre, Mousta Largo aspire à la cohabitation pacifique entre musulmans, juifs et chrétiens par le biais de la musique. Surtout arabe et français, l’album parle aussi espagnol ou italien comme dans Ô ma compagne ou dans cette version de l’hymne des antifascistes italiens Bella Ciao. Mais les morceaux en arabe constituent les véritables joyaux de ce nouvel opus, comme les excellents Cordobés, Ya Malika, Almería et bien sûr Argana qui donne son titre à l’album.

 

D’UNE RIVE A L’AUTRE


Dans ce spectacle original, Mousta Largo nous emmène sur les traces d'un prince indien « Salim » quittant les rives du Gange (Inde) à la tête d'une caste issue du Rajasthan pour se rendre sur les bords du Guadalquivir en Andalousie à la recherche d'une terre d’accueil pour lui et les siens.

Cet exode conduit ces indiens du Rajasthan aux confins de l’Orient et du Moyen Orient et s’achève en Andalousie.

Cette aventure humaine permet au spectateur de découvrir par touches impressionnistes des villes aux noms évocateurs : Bagdad, Alep, Jérusalem, le Caire, Tombouctou, Marrakech, Cordoue et, enfin Grenade, terre d’accueil et de tolérance.


Mais notre périple ne se termine pas là car à Grenade, les bûchers de la Reconquista se dressent devant eux…

Par ce voyage initiatique, Mousta nous amène à nous interroger sur l’universalité de l’Homme et la richesse des apports culturels différents ; il porte un regard croisé sur l’Andalousie des Lumières et notre société contemporaine source de replis identitaires.

Ce spectacle de contes et de musiques nous est offert par l’auteur comme une passerelle entre l’Orient et l’Occident.

Au niveau musical, Mousta Largo s’est entouré d'un violoniste arabe, d'un percussionniste et d’un bassiste.

Quant à lui, il s’accompagne du luth, de la mandole, du guembri et du banjo, tout en nous contant une histoire magnifique qui ne devrait laisser personne indifférent.


ECHEC ET MAT

 

Créé au départ pour les Jeunesses Musicales, « D’une rive à l’autre » dépassa plus de 600 représentations, tant scolaires, que « tout public » à travers toute la Belgique. Mousta a ainsi pu rencontrer et discuter avec enseignants et élèves, tous unanimes pour convenir que la musique est un outil d’acculturation et que l’enseignement de l’Histoire est moins « indigeste » avec l’aide de contes ….

Une suite s’imposait donc et Mousta nous revient en nous offrant son tout nouveau projet musical, accompagné sur scène par des musiciens et lui-même au chant et luth, "Échec et Mat.…", la rencontre de l’Empereur Charlemagne et Harun El Rachid, calife de Bagdad régnant sur l’Orient.


Charlemagne envoie des émissaires vers Bagdad pour proposer un échange d’ambassadeurs, mais aussi y ramener un maximum d’ouvrages traitant des sciences arabes.


Durant ce périple, le spectateur découvrira l’une des plus grandes et fascinantes facettes de la culture arabe durant le haut moyen âge et une des facettes de la culture judéo-espagnol.


A l’instar de « l’Alchimiste » de Paulo Coelho ou de « Léon l’Africain » d’Amin Maalouf, c’est une invitation à la rencontre de l’Autre, Mousta œuvrant inlassablement à cette envie irrésistible de tisser le lien entre les différentes communautés et la richesse de leurs différences et complémentarités.

 

Shéhérazade et le rêve inachevé


Shéhérazade, faut-il encore présenter ce nom évocateur de l'histoire des milles et une nuit ? Histoire où s’entremêlent contes et légende dans lesquels raisonnent encore des noms mythiques tels que Aladin, Ali Baba ou Sindibad le Marin.

Si l'histoire de Shéhérazade et les milles et une nuits évoque l’Orient et plus particulièrement Bagdad et les intrigues de ses palais, ses racines trouvent cependant leur source dans un patrimoine culturel et historique venu de l'Inde.

Dans ce nouveau conte musical "Shéhérazade et le rêve inachevé", Mousta Largo nous invite à revisiter cette légende orientale à travers une épopée narrative contemporaine
qui nous conduit au coeur d’un centre de transit en Turquie, où notre héroïne du nom de Shéhérazade jeune institutrice qui enseigne le français au lycée de Bagdad et qui a dû fuir son pays à cause de l'horreur de la guerre en emportant pour seul bagage un vieux livre jauni par le temps, grâce auquel enfant, elle tomba en amour pour la langue française .


Le soir dans ce camps d’infortune, elle fait la connaissance de six poétesses : Sami-a jeune danseur oriental qui fuit la Tchétchénie car son homosexualité lui impose l'exil ou la mort ;  il y a également Dounia la bibliothécaire turque qui fuit son pays car ses livres furent condamnés pour apostasie et aussi Alya la palestinienne chrétienne et philosophe menacée par l'obscurantisme des hommes. Il y a également Nour, peintre afghane ou encore Zeina médecin du Soudan et enfin Sophia d’Alep la musicienne soufie dont le bagage est remplit de notes de musique et d’amour.


Toutes, chaque soir, se retrouvaient autour de Shéhérazade pour écouter les contes des mille et une nuits de cette princesse qui sut calmer avec finesse et intelligence la fureur du Sultan de Bagdad.


Soirée rituelle, ou comme une bulle hors du temps, ce cercle de poétesses conjure le sort de l'exil par la musique, souvent nostalgique et le conte de leurs pays respectifs.

Shéhérazade un soir disparaît du campement sans laisser de trace si ce n’est son carnet de voyage quelle abandonna sur sa couche comme un dernier message, derrière la couverture vieillie et jaunie par le temps, on ne distingue plus que quelques lettres « le journal d’Anne Frank. »


Au travers de cette ouvre riche et poignante, telle un conte philosophique, Mousta interpelle, voir bouscule son public avec des thèmes malheureusement forts d’actualité.
Accompagné de son Luth et de ses fidèles musiciens, l'artiste nous livre sur scène un savant un mélange de contes et de musiques arabes et chante volontairement en français créant un spectacle où le temps suspendu nous interroge brutalement.

L’objectif de l'artiste par le biais de cette œuvre créée pour les écoles secondaires est de faire découvrir le conte et la musique orientales aux élèves tout en abordant avec ceux-ci des thèmes brûlants de la société tels que l’exil, le vivre ensemble, la violence, le respect, la misogynie, l’homophobie, l'antisémitisme ou le racisme le tout drapé d’un merveilleux voile artistique.


THÉMATIQUE JEUNE PUBLIC

 

ALI BABA ET LES 40 CONTEURS

 

Avec cet album pour enfants, Mousta Largo nous emmène sur la voie des souvenirs d’enfance, comblant petits et grands en leur faisant découvrir cette nouvelle facette de l’artiste dans un disque original dans lequel, contes et mélodies entrelacées nous racontent l’histoire d’une princesse qui vit un amour impossible avec… le soleil. Ali Baba et les 40 conteurs provoque l’envie irrésistible de se replonger dans l’enfance. Le spectacle dont est né l’album permet d’entamer un dialogue entre adultes et enfants : car même s’il y a belle lurette que les grands ne s’endorment plus au son des berceuses les plus emblématiques, les réflexions de Mousta leur permettent de s’adresser aux enfants en ce langage appartenant à un passé pas si lointain pour aborder avec eux des sujets comme le racisme, les différences, le respect de l’autre et la rencontre entre cultures… L’album allie avec bonheur et une extrême richesse fusionnelle la musique orientale et les comptines ou berceuses du folklore occidental francophone. Sur scène, la présence du conteur permet aux jeunes spectateurs de redécouvrir cette tradition orale jadis si familière en occident et encore très présente dans de nombreux pays du Maghreb et de l’Afrique.


ALI AU PAYS DES MERVEILLES

 

Avec Ali au pays des Merveilles, ce nouveau spectacle entièrement composé par Mousta Largo, l’artiste a accompli un rêve d’enfant : écrire la merveilleuse histoire d’Ali, jeune tisserand marocain vivant dans un village proche de Marrakech la Rouge. L’histoire, baignée de l’univers fantastique des contes populaires marocains, narre les aventures du jeune Ali qui, tour à tour, sera confronté à un méchant sorcier, une curieuse hirondelle et une princesse ensorcelée et ensorcelante… Le jeune héro vivra mille et une surprises tout en apprenant le métier de tisserand avec sa grand-mère, grâce à un vieux conteur de la place Jamaa l’Fna. Ali au pays des Merveilles est un spectacle où comptines occidentales et musique orientale marquent le rythme d’un conte ouvrant les portes du monde magique de la médina. Ce voyage familial vient d’être immortalisé en un album, que l’artiste invite son public à écouter comme un présage de jours meilleurs…

 


LAILA A L'OMBRE DE LA MEDINA


C’est l’histoire d’une petite fille qui reçoit un petit chat du nom de Moucharabia.

Un soir celui-ci s’échappe et se faufile de terrasse en terrasse vers le sud.

Laïla se lance alors à sa poursuite et découvre tour à tour la magie des belles villes du Maroc : la belle ville de Tanger la Blanche, Fès la belle aux tuiles vertes, Marrakech la mystique aux murailles rouges, Agadir sur la route des arganiers et enfin Goulimine et les hommes bleus à l’entrée du Sahara

Si le spectacle est un voyage tout en contes et en musiques du Maroc, il est aussi un outil pédagogique puisqu’il fait découvrir à nos chères têtes brunes et blondes les jours de la semaine, les couleurs, les villes, les chants et contes traditionnels, ainsi que les costumes folkloriques typiques de chaque région explorée par la petite Laïla.


Pour la scène Mousta assure avec aisance et enthousiasme les rôles de conteur et de chanteur accompagné de musiciens marocains aux multiples talents.



 

 

SINDIBAD ET LE MARCHAND DE SABLE


Avec Sindibad et le marchand de sable, ce nouveau spectacle entièrement composé par Mousta Largo, l’artiste réitère à nouveau l’exercice d'écrire un spectacle jeune public aux portes des contes et des comptines.


L’histoire de Sindibad nous plonge tout droit dans l’ambiance des milles et une nuit, et dans laquelle le héros Sindibad n ‘est encore qu’un jeune garçon de 10 ans.


Ce jeune garçon fils de marin, deviendra lui-même plus tard grand navigateur du Sultan de Bagdad, non sans avant avoir dû affronter ses peurs en se confrontant à une sorcière vivant dans une forêt peuplée de corbeaux et de génies, et ce, grâce au courage qu’il va puiser dans l'enseignement que lui a prodigué Ali le vieux calligraphe astronome de Bagdad.

Un spectacle dans lequel, comptines occidentales et musique orientale accompagnées d’un Luth, un violon, des percussions, rythmeront le conte qui ouvrira tour à tour les différentes portes du monde magique des milles et nuit.


Le tout, bien évidemment dans un décor magnifique : on retrouvera nos artistes talentueux sous une véritable tente Berbère et qui plongera le jeune public en plein désert d’Arabie ….


La vie, la mort, la joie la tristesse, composent les ruelles de cette œuvre qui se veut également indirectement pédagogique, car en toile de fond y seront également abordé le thème cher à l’auteur : le vivre ensemble


Ce véritable voyage initiatique sera immortalisé par un livre audio, le dernier en date, que Mousta Largo nous offrira à découvrir comme un présage de jours meilleurs…


UN PRODUIT ORIGINAL : Conférence contée 


L’Andalousie arabe contée par Mousta Largo : son âge d’or, son héritage…


Suite à la demande de la cellule enseignement de la Communauté française de Belgique et en collaboration avec les Jeunesses Musicales, Mousta Largo a monté le spectacle D’une rive à l’autre.

Ce conte chanté emmène élèves et professeurs sur les traces d’un prince contraint de quitter le Rajasthan pour l’Andalousie. Toutes les étapes de ce voyage, Bagdad, Jérusalem, Le Caire, Tombouctou et Marrakech, sont autant de prétextes pour aborder les thèmes de la tolérance, du respect et de la citoyenneté par le biais de la narration, elle-même soulignée par une variété de rythmes et de sons.

D’une rive à l’autre, métaphore du passage de l’Orient à l’Occident, permet à Mousta Largo de marquer son attachement à la période arabo-andalouse.

La représentation terminée, il est souvent arrivé que s’ouvre un débat improvisé à ce sujet entre élèves et enseignants, mais les contraintes de temps et les conditions n’ont pas toujours permis d’entamer une réflexion en profondeur. C’est pourquoi, afin de donner une suite favorable aux demandes de plusieurs chefs d’établissement, Mousta Largo a créé une conférence contée sur la période arabo-andalouse.

L’objectif de l’artiste est d’apporter un éclairage nouveau sur cette période de l’Histoire qui s’étale de 711 à sa fin brutale en 1492. La conférence peut être combinée avec le spectacle, et quelle que soit la formule qui vous tente, ce moment de partage sera l’occasion de tisser la toile d’identités humanistes à l’heure où d’autres, meurtrières celles-là, prônent un discours radical inspiré des théories du choc des civilisations…